02 novembre 2005

Restera-t-il longtemps au gouvernement ?

02-11 11:34:21 Le ministre délégué à la Promotion de l'égalité des chances, Azouz Begag, a regretté dans une interview publiée mercredi par Sud Ouest n'être jamais consulté par le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy quand il fait des déclarations sur l'amélioration de l'égalité des chances."Lorsqu'il fait des déclarations sur les actions à entreprendre pour améliorer l'égalité des chances, il ne me prévient ni ne me consulte jamais. Moi, je suis uni avec mes collègues du gouvernement", a indiqué M. Begag."Ce n'est pas parce que je ne suis pas d'accord avec un de mes collègues que je vais rentrer chez moi. Nicolas Sarkozy n'est qu'un ministre sur trente et un", a-t-il ajouté."J'essaie de faire un travail de fond en allant rencontrer les habitants des banlieues difficiles, sans caméra mais avec le respect, l'écoute, l'attention et l'intimité qu'on leur doit", a souligné le ministre délégué."Avec (Gilles de) Robien (ministre de l'Education nationale), nous avons mis au point des actions de sensibilisation des entreprises, des relais entre elles et les collèges pour que les jeunes de troisième issus de l'immigration ne soient pas refusés quand ils veulent trouver un stage", a-t-il poursuivi."Je travaille aussi avec Michèle Alliot-Marie (ministre de la Défense) et Jean-Louis Borloo (ministre de l'Emploi et de la Cohésion sociale), et cela se passe très bien", a déclaré M. Begag. "J'ai été reçu vingt minutes par Nicolas Sarkozy pour parler de la façon de lutter contre le sentiment de discrimination, par la police, des jeunes de ces quartiers. J'attends toujours la réponse", a-t-il conclu.

N.B. : Copyright AFP, dépêche pompée sur actu.voila.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !